Regards sur le Brésil

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ah le Brésil ! On se doutait bien qu’en finissant notre parcours par ce grand pays, on avait peu de chance d’être déçus et que quitte à ne pas avoir envie de rentrer autant que ce soit pour de bonnes raisons ! Lesquelles me direz vous : Les plages ? La gentillesse du peuple ? La samba ? La Caipirinha ? Les strings sur Copacabana ? Le futiubol ? Le Corcovado ? Le pao de açucar (pain de sucre dans le texte) ? Et ben à peu près tout en fait !… Et pourtant on a fait que le sud en remontant des chutes d’Iguaçu jusqu’à Rio, ce qui ne représente pas grand-chose à l’échelle du pays… Pas si pire me direz-vous encore !? Effectivement pas si terrible ! D’ailleurs nous n’avons qu’un seul regret : ne pas avoir prévu plus de temps car vraiment on s’y est beaucoup plu, et ce malgré la langue qu’on ne maitrise pas, même si la connaissance de l’espagnol permet d’ouvrir quelques portes. Et l’insécurité me direz-vous ? A aucun moment nous ne l’avons ressentie et nous avons profité de tous les sites sans être plus vigilants qu’on ne l’était ailleurs. Alors on baisse sa vigilance, on prend une photo dans la favela et on voit arriver 4 molosses, pas méchants mais impressionnants et déterminés à vérifier le contenu des photos pour constater qu’aucun d’entre eux ne figure sur les clichés… Il ne faut donc pas devenir parano mais la vigilance doit rester de mise !

Les plus :

Le peuple et l’ambiance :

Rares sont les pays que nous avons traversés où le peuple et la musique semblent ne faire qu’un à tout moment. Ici on vit au rythme de la samba, de la bossa nova ou encore du chorinho (musique de partage et de lien social souvent joué sur les places publiques ou dans les bars). On a adoré cette capacité naturelle de s’amuser partout sans se soucier du regard de l’autre quelque soit la génération…on partage l’instant présent entre jeunes et plus anciens et c’est vraiment super !

Les paysages :

Après 9 mois de voyage à travers toute sorte de paysages, nous avons été moins impressionnés par les sites que nous avons visités (hormis la baie de Rio de Janeiro, qui est vraiment de toute beauté), mais les couleurs, le blanc des maisons et le bleu du ciel sont toujours un plaisir des yeux… Et puis, il faut reconnaître qu’avec un peu de recul et en regardant les images, Ilha Grande et Paraty, sont de superbes endroits où nous pourrions poser nos valises pour un peu plus longtemps qu’un voyage. Il faut dire aussi qu’après la traversée des Andes, retrouver la végétation luxuriante du Brésil est un vrai bonheur.

Les moins

La gastronomie :

Reconnaissons que nous plaçons le gastronomie dans « les moins » parce que très honnêtement, nous ne nous sommes pas vraiment régalé au Brésil des spécialités que nous avons goûtées. La feijoada, (genre de cassoulet) et le barreado (genre de ragout de bœuf à la farine de manioc), sans être mauvais ne nous ont pas franchement donné envie d’en faire une cure. Alors, on s’est quand même fait plaisir avec quelques poissons grillés sur la plage d’Ilha Grande et surtout avec les quelques Caipirinhas quand venait l’heure de l’apéritif au bord des plages de Copacabana ou d’Ilha Grande…un must !

C’est ici que s’achève notre grande et belle aventure, avec les images du Brésil qui tournent encore dans nos têtes et sur le petit écran à travers la diffusion des jeux olympiques, comme pour nous donner un peu de rab avant notre retour à une vie totalement normale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Brésil: d’Iguaçu à Rio de Janeiro

IMG_1481

Dernière étape du voyage: le Brésil. Il arrive un peu tard puisque nous avons atterri il  a déjà 15 jours, mais c’est peut-être le moyen de voyager encore un peu. Et puis les Jeux Olympiques de Rio commencent demain, alors… Ces deux semaines brésiliennes sont passées bien vite, mais cela aura suffit pour avoir un vrai coup de coeur pour ce pays. Ca s’est passé comme ça:

Nous passons la frontière brésilienne depuis Puerto Iguazu, côté argentin, en taxi (une simple formalité, le chauffeur de taxi s’en occupe pour nous et nous ne descendons même pas de voiture!) et nous cherchons à louer une voiture du côté de l’aéroport et ça prendra un certain temps. Nous réservons finalement pour le lendemain et rejoignons notre hôtel à Foz do Iguaçu, beaucoup plus grande et construite que sa voisine Argentine, Puerto Iguazu. Nous prenons nos premiers repères au Brésil, notamment avec la langue , et très franchement, on ne pipe pas grand chose pour le moment. Nous voyons sur la télé de la réception de l’hôtel, le deuxième but de Griezmann contre l’Irlande. Ça nous met en appétit, et nous allons déjeuner dans notre premier restaurant Ao Kilo, au kilo donc, qui propose de grands buffets à volonté. On se sert, on fait peser son assiette, et on paye au poids, tout ça pour une poignée de reais. La journée est bien entamée et c’est un peu court pour visiter les chutes d’Iguaçu côté brésilien, alors nous faisons l’impasse, même si ce côté-là vaut le détour aussi! Du coup, nous nous consolons en allant regarder la finale de la coupe America (Argentine-Chili) dans un bar sur écran géant, mais malheureusement le match ne sera pas à la hauteur de l’enjeu, et la victoire du Chili aux tirs au but ne déchaînera pas les passions. Allez, au plumeau.

IMG_1069

Nous récupérons la voiture et nous mettons en route pour 9 longues heures jusqu’à Curitiba, une grande ville étudiante. Nous passons 3 nuits ici. Nous visitons le beau et grand marché central installé dans des halles anciennes, puis le jardin botanique pour une pause verte dans cette grande ville, mais le jardin est assez décevant.

IMG_1057 IMG_1075

Les jours suivants, nous allons passer une journée dans la serra da Graciosa en train pour rejoindre le joli village de Morretes, où nous goûtons la spécialité locale: le barreado, un plat de viande cuit dans une cocotte en terre pendant plus de 12 heures, dont la sauce est liée avec de la farine de manioc et le tout servi avec du riz et de la banane cuite. C’est pas le Pérou… mais ça a l’intérêt de la nouveauté.

IMG_1087 IMG_1102 IMG_1110 IMG_1116

Petite ballade dans ce minuscule village en bord de rivière, avant un retour en bus. Les paysages sont très beaux dans une végétation exubérante. Nous reprenons la route jusqu’à Saõ Paulo (7 heures), rendons la voiture à l’agence de location et rejoignons notre hôtel dans le centre en taxi. Saõ Paulo, c’est 20 millions d’âmes, 2 fois plus qu’à Rio et la ville est énorme! Nous sommes dans le quartier de Villa Mariana, résidentiel et plein de petits restaurants (assez chers…). Même si ici, tous les hôtels sont fermés par défaut. Il faut sonner pour entrer. Nous visiterons la fameuse avenue Paulista, les Champs-Elysées paulistes, qui traverse un quartier d’affaires et de commerces au pied des tours de verre. Puis nous allons plonger dans le centro, beaucoup plus populaire avec son beau marché central dans les halles.

IMG_1143

IMG_1170

Le quartier grouille de monde, de marchands ambulants, et on est loin des quartiers d’affaires de l‘avenida Paulista. Nous marchons encore un peu jusqu’à la Cathédrale, pour faire plaisir aux enfants :-(.

IMG_1158 IMG_1161

Le lendemain, David et moi partons marcher dans le grand parc d’Ibirapuera, où les paulistes affluent le week-end pour faire du roller, du vélo, du jogging au bord du lac, c’est super agréable!

IMG_1166

Nous allons déjeuner d’une feijoada, à mi-chemin entre le cassoulet et la potée, un plat bien léger quoi! Mais bon, c’est important de goûter les spécialités locales, non? Nous voilà parés pour le match Allemagne-Italie. À croire que ce plat roboratif a porté chance à nos voisins teutons.

Au lendemain d’un dîner plus léger accompagné d’une caipirinha, nous prenons un taxi pour rejoindre la gare routière. Mais Denis, le chauffeur, nous propose de nous conduire lui-même à Paraty, en 4 heures au lieu de 6, pour un prix un peu plus cher, certes… Mais nous ne le regretterons pas, car ça nous permis de bien discuter avec lui, un gars très gentil, et de rentrer en contact à travers lui avec le pays, car ici la langue est parfois un frein, et il faut du temps pour se comprendre. Encore une belle rencontre, merci Denis.

IMG_1188 IMG_1195

Nous passons 3 nuits à Paraty, à déambuler dans la vieille ville historique et coloniale, toute blanche et  aux portes colorées, les rues pavées de gros galets bien ronds qui nous donnent l’impression de l’être aussi!! Nous mangeons sur le pouce, en terrasse, sur les tables qui dodelinent sur les pavés, en face de la place. Il y a un monde fou en ce dimanche. Et la place se transforme en piste de danse. Au début, on croit qu’il a y 2-3 gars qui dansent le hip-hop pour se faire 3 sous, mais en s’approchant on comprend que tout le monde y va de sa petite démonstration. C’est génial! Dans le demi cercle des spectateurs, les moins timides se lancent, du grand-père à l’adolescent trisomique qui fait tourner son T-shirt au-dessus de sa tête, sous les applaudissements et les cris de joie! On assiste à la scène, fascinés, en se demandant qui sera le prochain. Et puis peu à peu, la musique se fait plus locale, plus tropicale et tout le monde se met à danser la samba, deux par deux, en changeant de partenaire à chaque morceau. Tout le monde rit et à l’air heureux, et c’est contagieux. L’âme du Brésil commence à se révéler à nous!

IMG_1200 IMG_1202

Aujourd’hui, nous prenons un collectivo pour aller voir l’une des superbes plages de Trindade, à quelques kilomètres de Paraty. On déjeune sur la plage de Cepilho, magnifique. On profite de l’après-midi ici, c’est tellement beau, même si l’eau est encore un peu fraîche pour la baignade.

IMG_1213 IMG_1232 IMG_1237

Nous ferons aussi un dîner à deux avec David, en écoutant un duo de musiciens qui nous joue des airs de bossa-nova magnifiques. C’est à la fois rythmé et mélancolique, suave et entraînant. On adore. Quelle belle escale que Paraty, avant de rejoindre Ilha Grande, avant-dernière étape de notre voyage… Le décompte est bel et bien engagé, alors faut pas traîner!

IMG_1301

Après bus et bateau (2h + 30 min) nous arrivons sur la belle Ilha Grande pour 3 nuits. Ici, pas de voiture, juste les bateaux et nos pieds pour découvrir cette île préservée du tourisme de masse, qui est restée coupée du monde jusqu’en 1994, car elle abritait une prison. Aujourd’hui elle est protégée et a gardé son côté sauvage. Il y a plein de plages paradisiaques accessibles en bateau et une douzaine de sentiers de randonnées pour découvrir l’île. Nous avons fait celle qui mène à l’une des plages les plus fameuses de l’île: Lopez Mendes.

IMG_1331

Pour y arriver, il faut marcher 2h dans la forêt tropicale, et traverser 2 plages ( Praia Palmas et Praia Pouso où nous déjeunons sur une petite barge, notre meilleur repas du Brésil!).

IMG_1304 IMG_1309 IMG_1318

Puis nous poursuivons jusqu’à Lopez Mendes, où la marée est haute à cette heure-ci et la mer a grignoté toute la plage. En arrivant, on entend de loin, dans la montagne, les vagues qui claquent. Il y a de gros rouleaux et les courants sont forts, au point qu’un baleineau s’est échoué sur le rivage la veille. Nous ne savons pas s’il est arrivé ici vivant ou non, mais c’est un bien triste spectacle, surtout que nous avions déjà vu deux tortues de mer échouées sur la plage de Cepilho… Puis nous somme rentrés à Abraao, le village principal d’Ilha Grande en bateau taxi.

IMG_1333 IMG_1336 IMG_1344

Nous n’avons pas fait le tour de l’île en bateau, en quête des superbes plages, car nous avons eu une journée de vent et de grisaille, mais c’était sans doute pour que nous puissions encourager l’équipe de France qui s’est qualifiée pour la finale! Allez les Bleus, faites-nous rêver! Bon, en fait, c’est pas toujours facile d’être supporter français ici au Brésil, ils ont toujours pas digérer la défaite de 1998, et il se dit même ici qu’on aurait acheté le match! Voyez un peu… Enfin, on a encore passé de très bons moments à Ilha Grande, où nous sommes tous d’accord pour dire qu’il en faudrait peu pour décider de poser ses valises ici quelques temps. Mais là, Rio nous attend, alors les valises, on les posera plus tard, et bien assez tôt d’ailleurs.

Nous reprenons le bateau et le bus dans l’autre sens, direction Rio de Janeiro, Copacabana, le Corcovado, et les fesses brésiliennes… les mecs sont ravis !

IMG_1377

Nous passons nos 6 dernières nuits ici à Rio, 3 dans le quartier de Santa Teresa qui surplombe la baie, puis les 3 dernières nuits à Copacabana, pour finir sur une note « sol y playa ». Axel, le propriétaire de la guesthouse de Santa Teresa est amoureux de sa ville et ça se sent. Il nous donne pas mal de bons conseils. Grâce à lui, nous arpentons les rues animées de Santa Teresa le week-end.

IMG_1381

Puis nous allons voir les célèbres escaliers de Lapa, décorés pendant plus de 20 ans par un artiste chilien habitant du quartier.

IMG_1385

Et le soir, nous nous réchauffons les esgourdes dans un bar musical du quartier festif de Lapa, à la recherche de la jupe la plus courte de la soirée: la concurrence est rude, mais ici, c’est une culture, et peu importe la morphologie. Les musiciens jouent leurs rythmes endiablés et les cariocas se déhanchent irrésistiblement.

Aujourd’hui, nous sommes dimanche alors nous faisons la tournée des marchés: alimentaire puis artisanal, avant de faire la connaissance de Copacabana.

IMG_1405 IMG_1419 IMG_1423

Qu’elle est grande, qu’elle est belle cette plage: on s’y baigne, on y bronze, on y joue au foot, au beach volley, on y expose de œuvres en sable, on vient montrer ses formes, et sur la promenade, fermée à la circulation le dimanche, on roule à vélo ou à roller, on marche, on court, on profite de la vie, du soleil et de la mer. Nous remontons jusqu’à Ipanema, peut-être plus belle encore, avant d’aller déjeuner dans un café pour voir la finale de Portugal-France. Mais la suite vous la connaissez, et notre déception est d’autant plus grande que tous les Brésiliens supportent le Portugal! On se sent bien seuls mais c’est le sport!

Il fait grand beau en ce lundi, alors on en profite pour aller visiter le Corcovado et le Christ Rédempteur. Nous descendons à pied la favela en haut de laquelle se trouve la guesthouse. Mais en arrivant en bas, David se fait alpaguer par 4 gars qui en veulent à son téléphone. Je suis un peu plus bas avec les enfants mais je comprends qu’il se passe un truc. En fait, David a fait des photos et ça dans la favela, c’est pas possible, alors après discussion en portugnol  et constatation qu’il n’y avait personne sur les images tout s’arrange avec le sourire ! on reprend notre route, mais sur le coup, on ne fait pas les malins.

IMG_1436

Sur le conseil d’Axel, nous prenons le sentier pédestre qui part du Parque Lage plutôt que le train pour monter au Corcovado. Ça grimpe paraît-il! En fait, ce sera et de loin, la marche la plus difficile pour moi depuis le début du voyage. C’est très raide par endroit, il faut s’accrocher aux racines des arbres pour monter, et s’aider de chaînes à un moment. Mais il faut reconnaître que c’est super de traverser cette forêt urbaine, et de profiter le long de la voie ferrée d’une vue imprenable rien que pour nous.

IMG_1448 IMG_1452 IMG_1465

Parce que sur la plateforme du Christ, on est pas vraiment seul, et c’est avec le Taj Mahal le deuxième  temple du selfie… Le site est impressionnant, et la vue sur Rio est incroyable.

IMG_1467 IMG_1575 IMG_1472

Nous redescendons en train après un déjeuner là-haut. En fin d’après-midi, et toujours sur les conseils d’Axel, nous allons au Samba do Trabalhor, cette samba a lieu les lundis soir jusqu’à 22h, et les cariocas vont chanter et danser une dernière fois en attendant avec impatience le week-end suivant . Il y a un monde pas possible, et les gens boivent un verre ensemble en se trémoussant discrètement. Les plus férus sont collés à la table principale où jouent les musiciens, et chantent à tue-tête les airs de la star locale Moacyr Luz. Il y une superbe ambiance, même si ça n’est pas le genre d’endroit que les enfants adorent.  Le soir nous allons dîner dans un vieux bar, le Bar do Gomez à Santa Teresa à grignoter des petiscos, les tapas brésiliennes, en dégustant de la cachaça… Le TOP !

IMG_1495

Aujourd’hui, nous déménageons pour Copacabana puis nous allons visiter le Pain de sucre avec le téléphérique, il faut dire que là il faudrait escalader si on voulait y aller à pied ! La vue est différente de celle du Corcovado, et sûrement plus belle mais de nombreux points de vue sont en travaux, pour les JO probablement. Du coup, c’est un peu dommage mais c’est quand même merveilleux! La baie de Rio est un vrai bijou.

IMG_1509 IMG_1543 IMG_1534 IMG_1521 IMG_1512

Le lendemain, nous arpentons le Centro, le cœur de Rio, où il y a là encore beaucoup de travaux, et aussi quelques bâtiments anciens.

IMG_1553

Puis nous allons boire un verre avec David au bord de la plage, en regardant les férus de sport échauffer leurs muscles luisants. Les femmes ne sont pas en reste et à la tombée de la nuit, la plage et ses abords se transforment en salle de gym! On se régale de ce spectacle, au son de la musique omniprésente à Rio. Puis notre dernière journée sera consacrée à un peu de shopping avant d’apprendre que l’horreur a encore frappé la France. Nous sommes assommés par cette nouvelle, et le retour de demain prend un goût très amer… Nous essayons de passer une dernière soirée en profitant de l’instant, mais le cœur n’y est plus. Nous savons que la France a changé depuis notre départ, et l’actualité nous le rappelle encore une fois. Nous avons été préservés de tout ça pendant cette grande et belle parenthèse, maintenant il nous faut l’affronter, non sans appréhension. Mais le bonheur de retrouver nos amis et notre famille est plus fort que nos craintes. Alors viva la vida!

IMG_1567 IMG_1569 IMG_1576

Voilà, c’est sur ce merveilleux pays que nous avons mis le mot fin à 9 mois de découverte, de paysages merveilleux, de peuples attachants et d’une myriade d’instants magiques qui sont passés comme une pluie d’étoiles filantes… Il nous faut maintenant redescendre sur Terre, la tête encore pleine de toutes ces évasions, que nous allons maintenant pouvoir digérer… C’est une autre phase qui commence, celle du retour, où nous surfons entre le bonheur d’être ici et la nostalgie de ne plus être ailleurs… Mais ça, c’est une autre histoire que nous vous conterons peut-être, quand la mer sera plus calme…