Tahiti et Moorea: le soleil était ailleurs…

IMG_8218

À l’arrivée sur le tarmac du petit aéroport de Papeete, les passagers sont accueillis en musique, au son des ukuleles, par un petit trio polynésien. Le propriétaire de l’appartement que nous avons loué nous accueille avec un collier de fleurs et nous nous installons pour 3 jours à Papeete dans notre « maison » avec une jolie vue sur le lagon.

IMG_8183

 Le lendemain, on se pose un peu, et David va chercher la voiture de location que nous emmènerons à Moorea en bateau. Il n’y a pas des tonnes de choses à faire ou à voir à Papeete, alors nous faisons le traditionnel tour de l’île en voiture: petit pique-nique à la pointe Vénus, pause photo dans la baie (surfeurs), passage au trou du souffleur, dans lequel la mer s’engouffre avant d’être recrachée par le trou de l’autre côté de chemin.

IMG_8193 IMG_8197

Puis nous prenons le bateau pour Moorea. Nous arrivons dans notre Faré pour les 10 jours à venir. Le petit jardin, fleuri d’hibiscus et de tiaré donne directement sur le lagon, avec l’île de Tahiti en toile de fond! Il fait beau, chaud, ça sent bon.

IMG_8330

Alors David et moi, on chevauche notre kayak pour aller dire bonjour aux poiscailles du lagon et ils sont nombreux dans ces eaux cristallines. On lutte un peu contre le courant pour rejoindre la rive, où nous attend une petite colonie de gros crabes! Hum, on se ferait bien une petite soupe là… Puis au jour 2, nous faisons le tour de l’île, de ses petits commerces, des vendeurs de bord de route, où on se ravitaille en fruits, légumes, et poisson… Nous découvrons la magnifique baie de Cook et sa voisine, plus sauvage, la baie d’Opunohu.

IMG_8224

IMG_8221

L’île au relief accidenté, couverte d’une incroyable végétation, est magnifique. Et le lagon… une vraie carte postale! C’est tellement beau! Mais ça c’était avant la pluie: une première averse, puis une autre, mais des averses tropicales, bien copieuses, puis les jours se sont succédés, nous laissant de moins en moins de répit, au point que l’eau du lagon est devenue marron au fil des jours, les rivières ont débordé et on a même appris plus tard que des maisons, construites avec trois fois rien, avaient été emportées par des coulées de boues ou des rivières en crues.. Et nous, nous désespérions de pouvoir faire quelque chose, à un moment où à un autre…

IMG_8415

Heureusement, nous avons trouvé deux petites ouvertures au milieu du déluge: nous avons réussi à faire un bon tour de quad, avec Louis, notre guide, à slalomer dans le cœur de l’île, et sur ses hauteurs, entre les champs d’ananas ( qui sont juste divins!), le mont Rotui, les baies de Cook et d’Opunohu vues du Belvédère, la pause dégustation de confitures au lycée agricole, où nous avons été accueillis par des vendeuses adorables, au sourire communicatif, avant de grimper avec nos engins sur la colline magique et sa vue imprenable sur le lagon…dans les nuages!

IMG_8242 IMG_8254 IMG_8277

IMG_8279 IMG_8292

La pluie est revenue à la charge, déterminée à ne plus nous lâcher sur toute la route du retour, soit une bonne demie-heure sous des trombes d’eau! C’était drôle au début, puis c’est devenu hallucinant avant d’être douloureux tellement la pluie tombait fort! Mais on s’est dit qu’on avait payé la note et qu’après ça le beau temps allait revenir… Mais non! Ca n’a pas arrêté pendant tout le séjour… Jusqu’à la deuxième ouverture dans laquelle on s’est engouffrés pour aller nager avec les raies et les requins « pointe noire » au lagoonarium. Nous avons passé un super moment, même sans soleil, et notamment grâce à Wilfried, à sa bonne humeur et à son ukulele, « ouais, ouais, ouais… ».

IMG_8333

IMG_8354 IMG_8366 IMG_8405

Le reste de notre séjour, nous avons écouté le tempo de la pluie, tantôt piano, tantôt forte, nous avons joué à cache-cache avec les cafards et trappe-trappe avec les moustiques, nous avons revêtu nos costumes de professeurs exigeants et d’élèves modèles, et nous avons travaillé la patience.

IMG_8329

Nous avons peaufiné la recette de la salade tahitienne, nous avons pris nos habitudes chez les petits vendeurs de route, et nous avons passé nos derniers moments sur l’île de Tahiti, à siroter une délicieuse bière blanche de Tahiti avant de manger dans une roulotte à Papeete sur la place Vaiete avant de prendre notre vol pour l’île de Pâques.

IMG_8433

Mais plus que tout, nous avons pris beaucoup de plaisir au contact des Polynésiens qui sont des gens incroyablement gentils, partout, tout le temps! Leur flegme, leur sourire, leur accent qui chante les « r », leur langue toute ronde pleine de voyelles, et leur accueil, toujours charmant, nous ont fait adoré Tahiti et Moorea. Alors peu importe la pluie, car le soleil était ailleurs: dans la chaleur du peuple polynésien et de ses îles, plus merveilleux encore que toutes les cartes postales du monde. Nous repartons avec dans la tête, des odeurs de tiaré et un petit air de ukulele, et le sentiment d’avoir rencontré un peuple à part. Maururu (merci).

IMG_8417

Et comme d’habitude, une petite vidéo…

7 réflexions sur “Tahiti et Moorea: le soleil était ailleurs…

  1. J Jaime Lizondo

    Magnifique.!.. malgré le ciel en larmes. Toujours les mots ensoleillés de Julie, pour dissiper les nuages des images superbes dont David nous fait cadeau dans la mise en page. C’est toujours aussi bon de vous voir ainsi. Quel bonheur que cette aventure.
    On vous embrasse très fort.

    Véronique/Jaime

    J'aime

  2. Loune Duga

    C’est là la beauté nan? Lorsque malgré la pluie les beautés se laissent saisir..
    ce long voyage vous va si bien je vous trouve très beaux! !
    On vous aime!
    Loune

    J'aime

  3. Maria

    Bonjour les enfants,
    Je vous ai suivi tout au long de vôtre voyage,j’espère que vous recevrez ce petit mot, j’ai mis un certain temps à comprendre cet informatique de merde, je ne suis pas Julie qui écrit comme elle respire.profitez le plus longtemps possible des paysages merveilleux de cette terre et des gens qui la peuplent.
    Gros bisous à tous les quatre
    Maria & Mickey

    J'aime

      1. Maria

        Que allégria de recibir tu mensaje, al final me améjoro con el internet, bueno voy a poder continuar a seguir vuestro viage, espéro que comprenderas mi espagnol que ace mas de cincuenta anos que no lo escribo.
        bésicos, bésicos, bésicos

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s