3 semaines en Bolivie: du Sud Lipez au Lac Titicaca

Coucou, les amis. Eh oui, le temps s’accélère et le rythme des publications aussi. Alors vous allez probablement recevoir de nos nouvelles un peu (trop?) souvent jusqu’à notre retour qui approche un peu (trop?) vite… La bonne nouvelle, c’est que la perspective de vous voir, ou à défaut de vous entendre, commence vraiment à nous filer la frite! L’autre, c’est qu’en attendant, vous allez devoir lire encore un peu… Et c’est un euphémisme pour l’article du jour… Parce que la Bolivie a été dense, à bien des égards, et l’article l’est aussi… Alors, installez-vous confortablement, mettez votre passe-montagne et votre masque à oxygène, et en route pour des paysages à couper le souffle!

IMG_0121

Le minibus vient nous chercher à 7:30. Nous passons la douane chilienne à San Pedro de Atacama et prenons la route jusqu’à la frontière bolivienne. Après les formalités d’usage, nous retrouvons notre guide et chauffeur de 4×4 pour les 3 jours à venir. Nous sommes déjà haut et le vent est glacial malgré le temps magnifique. Nous buvons un maté bien chaud et c’est parti pour l’aventure dans le sud et le nord Lipez, et le salar d’Uyuni, le plus grand salar du monde.

IMG_9856

Jour 1: nous découvrons les magnifiques lagunes boliviennes, Laguna Blanca et Verde, le désert Dali flanqué d’énormes pierres éjectées ici par une méga-éruption volcanique, Aguas Calientes, le geyser Sol de la Manana à 5000 m d’altitude (!) et la merveilleuse Laguna Colorada, ocre rouge, où broutent quelques lamas.

IMG_9868 Laguna Blanca

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

IMG_9870 IMG_9874 Laguna Verde

IMG_9890 Geyser Sol de Manana

IMG_9909 IMG_9916 Laguna ColoradaIMG_9922

Nous sommes à 4000 mètres d’altitude, dans l’altiplano bolivien, aussi merveilleux qu’hostile pour nos petits cœurs habitués à vivre au niveau de la mer. Les palpitants sont en mode sport, et les migraines sont tenaces. C’est le prix de l’acclimatation. Les feuilles de coca (non, non c’est pas de la drogue, juste une plante pleine de vertus, dont celle d’augmenter le taux de globules rouges, très utile quand on souffre du mal d’altitude) nous seront bien utiles… Nous intégrons notre refuge, et nous nous emmitouflons dans nos lits, sous 5 épaisseurs de couverture, pour résister au froid polaire qui règne dans le dortoir non chauffé. Heureusement, nos hôtes allument un petit poêle dans le réfectoire pendant le dîner, et ça, c’est carrément inespéré.

IMG_9899

Après une nuit en pointillés, nous retrouvons Arnoldo à 7:30 pour cette deuxième journée. Nous choisissons de partir du côté du nord Lipez et La Valle de Rocas  plutôt que de faire d’autres lagunes. Là aussi, les paysage sont incroyables!

IMG_9963 Valle de Rocas

Et c’est un vrai dépaysement d’arriver, après avoir slalomé au pas, dans un dédale de roche, à l’endroit où se cache, derrière un décor de mousse et de petits rus gelés, la superbe Laguna Misteriosa, tout en harmonie. La roche, l’eau, les herbes hautes et dorées, les lamas qui paissent au loin, la famille canard qui barbote, le bleu du ciel, tout semble être fait pour nous donner à voir le tableau parfait. Nous sommes complètement sous le charme.

IMG_0022 Laguna MisteriosaIMG_0002 IMG_0001

C’est ici que nous pique-niquons d’un bon déjeuner préparé par Arnoldo. Malheureusement les enfants n’en profitent pas trop car l’altitude les a un peu détraqués et ils sont à plat aujourd’hui. Nous faisons d’ailleurs quelques détours pour trouver un médecin qui nous prescrit des remontants, car nous avons prévu de rester en altitude encore un moment, et le pouls des enfants à du mal à descendre en dessous de 130 pulsations au repos.

Nous regagnons notre hôtel en sel, du sol au plafond, où nous pouvons enfin prendre une douche. A l’heure du maté, nous rencontrons 5 jeunes voyageuses (1 Espagnole, 1 Française, 2 Suissesses et 1 Anglaise) avec qui nous causons un bon moment avant de dîner dans le noir, à cause d’une coupure de courant. De toute façon, le réveil est prévu à 4:30, alors tout le monde file au lit.  

Hôtel de sel

Il fait encore nuit lorsque nous remontons dans le 4×4 pour 1h30 de piste avant d’arriver au pied d’une petite île couverte de cactus, au milieu du Salar d’Uyuni. Nous grimpons jusqu’au sommet dans l’obscurité et dans le froid, le souffle court, pour profiter du lever de soleil. Le spectacle est magique, la lueur changeante sur cette étendue blanche, à perte de vue, ça ressemble à un rêve. C’est magnifique!

IMG_0048 IMG_0044 IMG_0057 Salar d'UyuniIMG_0069

IMG_0081 Salar d'UyuniIMG_0093

En redescendant, un petit déjeuner nous attend, sur ce désert de sel. Nous reprenons notre route pour une séance photo au milieu du salar, d’une surface équivalente à deux départements français (12000 km2). Le sel craque sous nos pieds et on se sent seul au monde! Puis nous faisons une pause dans un « musée » de sel et dans le petit village de Colchani où s’arrêtent tous les tours pour déjeuner. Nous chinons dans les petites échoppes d’artisanat avant de manger et d’aller  visiter le cimetière des trains, abandonnés ici depuis plus de 70 ans. Petite séance photos avant de quitter Arnoldo et d’aller se poser à l’hôtel d’Uyuni pour la nuit. 

IMG_0113 IMG_0111 Cimetière de trains

Après une bonne nuit de repos et une matinée tranquille, nous prenons un bus pour Potosi, la ville de plus de 100 000 habitants le plus haute du monde, à 4100m d’altitude. Cœur fragile, s’abstenir. Ici, le souffle devient très court, et c’est sans compter que la ville est construite à flanc de colline et ça grimpe sec, sans parler des bus d’un autre âge qui crachent en permanence une fumée noire et épaisse, ce qui rend le peu d’air disponible irrespirable. Pour le reste c’est une ville qui pourrait être agréable…

IMG_0149 Potosi

Il y a ici, ce qui fût une des plus importantes mines d’argent du monde, que les Espagnols ont exploité sans relâche avant de repartir tranquillement, laissant les Boliviens s’assoir sur une fortune inestimable. Tout cet argent, qui convergeait vers l’Europe a permis à l’Espagne de mener grand train tout en essuyant ses dettes auprès des premières grandes banques européennes à coup de lingots. Ce qui a permis à ces grandes banques de financer la révolution industrielle en Europe, et de donner naissance  de l’économie moderne. On a bien du mal à imaginer les conditions dans lesquelles les Indigènes étaient contraints de travailler… Généralement, ils mouraient au bout de quelques mois, à cause des vapeurs de mercure nécessaire à l’extraction de l’argent. Et les mules qui faisaient tourner les roues pour plaquer le minerai ne duraient pas plus longtemps. Au total, ce sont 8 millions d’Indigènes (le mot « indien » est très péjoratif en Bolivie) qui sont morts dans cette ruée vers l’argent. Un véritable génocide. Nous avons choisi de ne pas visiter les mines, toujours en activité, mais la visite de la Maison de la Monnaie (Casa de la Moneda) est passionnante!

Le Cerro Rico

Puis nous avons visité la cathédrale de Potosi, avant de monter sur le clocher pour profiter d’une  belle vue sur la ville et le Cerro Rico (la « colline riche » autrement dit la mine). Pour le reste, nous l’avons joué tranquille, à marcher calmement dans les rues épuisantes, à regarder vivre les gens: les femmes vêtues de leur traditionnelles jupes plissés sur d’épais bas de laine, portant leur gros fardeaux de tissus multicolores sur leurs longues tresses noires. Les jeunes qui animent la place centrale, et les vieux à la peau aussi rude que le climat… Les Boliviens ne sont pas très souriants de prime abord, ils paraissent même renfrognés, mais dès qu’on s’adresse à eux, et qu’on brise un peu la glace, ils changent complètement d’attitude et deviennent adorables, serviables, souriants… 

Nous reprenons la route pour Sucre, la capitale constitutionnelle. La belle ville coloniale est bien plus agréable que Potosi et moins haute aussi, ce qui rend les ballades un peu moins éprouvantes. Nous passons 4 jours ici, sans trop de programme, si ce n’est celui de ralentir un peu le rythme de nos pérégrinations et d’augmenter celui du travail… Et oui, la fin de l’année scolaire est déjà là! Sinon, nous montons à la Recoleta et sa place à arcades qui domine la ville, nous profitons du petit marché artisanal, avant de rejoindre Tarabuco, village réputé pour son marché du dimanche, où l’on trouve essentiellement de très beaux tissages colorés. Occasion rêvée de charger encore un peu les sacs à dos… Puis nous retrouvons Larissa et Mélanie, les 2 Suissesses rencontrées sur le Salar avec qui nous passons notre dernière soirée à Sucre. Très sympa! 

IMG_0194 IMG_0195 IMG_0199 Sucre

IMG_0218

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tarabuco

Le taxi déglingué vient nous chercher très tôt, et nous passons faire le plein à la station…de gaz! Autant dire que dans les côtes, on se demande si on va pas descendre pousser le tas de tôle.  Nous rejoignons La Paz en  avion. Nous survolons l’altiplano bolivien et la Cordillère Royale et ses sommets enneigés avant d’atterrir. En arrivant de l’aéroport, la ville construite à la verticale, à flanc de montagnes, est impressionnante. Pour le reste, pas grand chose à signaler, à par que nous essayons de comprendre comment  (et pourquoi) les Boliviens arrivent à vivre sans chauffage, parce que nous, on y arrive pas! Et des fois, on ferait bien un feu de camp avec le mobilier de la chambre! Parce que là, on est encore à plus de 3500 mètres d’altitude, alors il fait un peu frisquet sans chauffage! Au fait, si vous prévoyez de construire une maison, n’oubliez pas d’enterrer un fœtus de lama sur le terrain avant, ça vous apportera chance et bonheur, ma parole bolivienne…! La preuve!

IMG_0250 IMG_0251 La PazIMG_0260

Allez zou! En route pour Copacabana, au bord du lac Titicaca, côté bolivien, dans un bus glacial, que les merveilleux paysages ne parviendront pas à réchauffer! Et quand le lac apparaît, c’est une vraie merveille, aux eaux d’un bleu profond, nichée au milieu des montagnes altières de la Cordillère Royale. Au milieu flottent quelques îles, et par endroit, sans aucun relief à l’horizon, on dirait l’océan! Dans notre hôtel avec jolie vue sur le lac, nous lézardons au soleil dans nos chiliennes (ben oui…) pour emmagasiner la chaleur avant la nuit, parce ce que les grille-pain qui nous servent de chauffage risquent de ne pas nous aider beaucoup… Pas grave, notre peau commence à prendre l’aspect du cuir, et nos chaussettes en poil de lamas feront le reste.

IMG_0297 IMG_0289 IMG_0290 IMG_0305IMG_0318 IMG_0309 IMG_0323 Copacabana

Au matin, nous allons visiter la cathédrale avec David, puis nous allons faire un petit tour au bord de la « plage » en famille. C’est pas la grande forme aujourd’hui, l’altitude fait des siennes… On est encore à 3800 m d’altitude quand même!

Aujourd’hui, nous partons sur Isla del Sol, une île du Lac Titicaca. Après 2 heures d’une traversée en bateau au ralenti, nous arrivons sur l’île pour une marche de quelques heures sur le Sentier des Crètes avec des panoramas de toute beauté sur le lac et la Cordillère Royale à l’horizon. C’est superbe, mais la marche à 4000 mètres est encore une fois difficile. Nous trouvons un hôtel pour la nuit avec une terrasse sur le lac et une belle vue sur le coucher de soleil. Un peu plus tard nous nous endormons comme des masses.

IMG_0337 IMG_0341 IMG_0361 IMG_0363 IMG_0366 IMG_0377 Isla del Sol

Ce matin nous reprenons un bateau pour Copacabana où nous prenons un bus pour Puno, un gros village au bord du lac Titicaca, côté péruvien cette fois. Notre séjour en Bolivie s’achève sur les superbes paysages du lac, et des images d’Indigènes aux longues tresses noires et chapeau melon, de lamas  et d’ânes, d’un peuple charmant pour peu que l’on casse un peu la glace. Mais déjà le Pérou nous attend.

IMG_0393

 

3 réflexions sur “3 semaines en Bolivie: du Sud Lipez au Lac Titicaca

  1. Jaime

    Cette fois je serai presque muet.
    Les images sont extraordinaires…les mots sont comme les images, et vous… la naissance de tout çà en cet instant.
    Tendres baisers.

    Véro Jaime

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s